Tee shirt - Arno Cahaigne - 2020

Je sais qu'il ne faut pas dévisager les passants

j'essaie de lire, ce n'est pas plus prudent :

Tee shirts croisés ce matin

déjà déformés par ma mémoire

un père et sa fille :

Everybody gonna die one day or the other

un gros bonhomme baraqué à l'air peu commode

French Decadence

une dame black supporte

Monday has been cancelled

it is always sunday

le lendemain une apparition :

un homme masqué, avec des bottes d'égoutier,

arborant Etretat Beach

sortait d'on ne sait quel gouffre

de quelle aiguille inversée, du pire commerce avec les rats.

Ce matin-là, j'ai croisé deux autres proclamations pour le surf

par des hommes d'allures très différentes.

A qui vais-je vendre ces lettres, à quel bureau tendance ces chiffons ?

Un autre avec Forain en lettres de fuego

mais c'est un fantôme auxiliaire.

Un jeune homme ambigu en tenue de footballeur

lance un bonjour tous les jours

Une dame qui ressemblait à une vieille connaissance, avec laquelle elle n'avait rien en commun,

portait un Nothing rouge vif,

Puis une jeune femme,

avec un Pinky je ne sais quoi.

Un vieux freak arborait un tee-shirt Invasion

avec des images pixelisées, automates cellulaires et un texte illisible, une mini  nouvelle de SF,

j'imagine, et qui veut de mes haillons ?

Plus loin un jeune homme avec un grand sourire

Natural History South Kensington :

nos rues sont-elles déjà des galeries,

d'un règne disparu, 

le musée que j'ai visité l'an dernier,

s'étend il jusqu'ici ?

Allant avec les chiffres illisibles sur des motifs panthères, léopard, auquel se joignent les rares motifs fleuris.

Avec qui faire affaire de ces infos, contre combien de picaillons ?

Le lendemain seules Brooklyn, New York, les iles tropicales

le tourisme textile sans retouches, résiste

en ces lieux coutumiers, avec incursion dans la guerre des étoiles

Ah si, un vieux encore, avec un énigmatique et bienvenu Néoism,

en ces temps de festivals pour appartements,

on attendait ces réseauteurs de l'ombre

Et leurs prophéties-polos des marchés de plein air.

A qui vais-je vendre ces brèves, vers quelle sortie,  ce tourbillon ?

Rien aujourd'hui, en dehors du Nombre, de mauvaise augure,

et cette enseigne de repasserie fermée,

qui évoque un nom de mouroir sans T,

Mais le soir vint avec Loading, Capital Hit et Game Over

Naissance Mariage Décès.

A quel bureau,  porter ces mots venus de roupillons ?

Une avant-gardiste blanche-neige masquée

portait un maillot de foot, pour aller au stade contaminé.

Une mère de famille, soutenait la comparaison

avec un terrifiant Enjoy the day sur paysage de cheminées en activité.

Pour quel bulletin des rues, ces promesses de typhons ?

Personne n'est venu vers nous dit-il,

Une liberté avec un crâne sur une chemise-écriteau

If I can't go to heaven Let me go to..

Ni vers le diable ni là où Dieu sait,

ni à Londres, ni à Paris, quel ennui,

vers l'agréable suspension.

Ça reprend avec Endless, sur un fond blanc,

et sans image, naturellement.

1994-2020 by ZeTMaG and Artworkers - Les travaux restent sous la propriété de leur auteur.